Département Informatique | Faculté des Sciences et Techniques
Formations  |
Master DFS

 

L’informatique, un domaine en perpétuel évolution, l’histoire du Master Informatique parcours Développeur Full Stack !

 

Lorsque l’on présente ou introduit Internet, Internet au sens du web (http), non pas le réseau mais les services qu’il propose et notamment l’accès aux sites web, on détaille souvent les évolutions qu’il a connu (source [1,2]) :

  • Jusque dans les années 2000, le web 1.0 est un outil de consultation basé sur la distribution d’informations statiques. Il se caractérise par des sites de documentation ou orientés produits, qui sollicitent peu les utilisateurs.  
  • Nous sommes actuellement au carrefour entre le web 2.0, un outil dynamique, basé sur l’enrichissement de contenu par les utilisateurs, un web social, et le web 3.0 nommé web sémantique ou web intelligent. Le web social privilégie la dimension de partage et d’échange d’informations et de contenus (textes, vidéos, images ou autres). Il voit l’émergence des réseaux sociaux, des smartphones et des blogs. Le web se démocratise et se dynamise. L’avis du consommateur est sollicité en permanence. Il est source de création d’énorme quantité d’informations, de données (BigData).
  • Le web sémantique (web 3.0), vise à organiser la masse d’informations disponibles en fonction du contexte et des besoins de chaque utilisateur. C’est un web qui tente de donner sens aux données (sémantique). C’est aussi un web plus portable qui répond aux besoins d’utilisateurs mobiles, toujours connectés à travers une multitude de supports, d’applications et de services. C’est un outil qui vise l’intelligence et l’immersion, où les méthodes d’intelligence artificielle sont de plus en plus utilisées.

 

Les masters informatiques proposés à la Faculté des Sciences et Techniques de l’Université de Corse Pasquale Paoli ont globalement suivi les mêmes mutations. Évolution des contenus mais également adaptations au marché de l’emploi. « Inutile d'argumenter avec des chiffres, le développeur reste le métier le plus recherché en France, et ce, depuis des années. Cette pénurie touche d'ailleurs toutes les entreprises quels que soient leur secteur d'activité et leur taille. » peut-on lire dans un dossier du monde informatique dédié aux formations en développement [3]. Au fil des ans, nos masters ont formé plus de 200 développeurs en un peu moins de 15 ans[1].

Quinze ans d’évolutions constantes de la discipline, des attentes des professionnels, et même des étudiants. Quels impacts ces évolutions ont-elles eu sur nos diplômes ?

Ouvert au début des années 2000, la première mouture du master informatique nommée ISI pour Intégration des Systèmes Informatiques était très orientée sur le développement de logiciel à base de technologies open source. Très rapidement, notamment pour répondre aux besoins croissants des entreprises locales, une réorientation vers les technologies web est effectuée. Le master accompagne l’envol d’internet, et répond aux besoins en développement de sites web.

Par la suite le master se transforme, modification de nom et évolution des contenus, le master S2I pour Système Informatique et Internet, nous permet d’entrer dans l’air de l’usage massif d’internet, des services web, du web social, des sites dits « riches », et puis d’introduire les premiers cours de programmation mobile pour les plateformes d’Apple (iOS) et de Google (Android).

Les besoins du marché de l’emploi sont croissants, la demande de développeurs est constante et nos étudiants trouvent, dans leur grande majorité, un travail en corse ou sur le continent. C’est d’ailleurs toujours le cas, l’étude [4] le prouve encore : « … les compétences les plus recherchées restent les mêmes. « Les tendances s'inscrivent dans la durée », reconnaît Vincent Picard associé du groupe FED IT Pulse. Et de citer les métiers les plus en tension : développeur web (JavaScript, PHP, mobilité), tous les métiers liés à la data, … ». Une tendance également soulignée dans l’article du monde informatique [3].

Notre diplôme initialement fondé sur deux domaines de compétence : le développement logiciel (Java, .NET) et le développement de services web (JEE, .NET, PHP) s’enrichit d’une composante mobile (iOS, Android en 2012). Pour rester dans les technologies embarquées, la seconde phase d’accréditation du Master S2I permet de mettre à jour les contenus et d’intégrer des notions de sécurité mais surtout une troisième compétence orientée vers l’IoT : l’internet des objets (2014).

D'un point de vue technique, l’internet des objets consiste en l'identification numérique directe et normalisée d'un objet physique grâce à un système de communication sans fil. D'un point de vue conceptuel, l'Internet des objets caractérise des objets physiques connectés ayant leur propre identité numérique et capables de communiquer les uns avec les autres [5]. « Tout comme Internet, cette technologie offre d'immenses opportunités .... Cisco, le géant de la gestion de réseau, prédit que les opportunités commerciales liées à l'Internet des objets s'élèveront à 14 400 milliards de dollars à travers le monde au cours de la prochaine décennie. » [6].

L’intégration de ce nouveau domaine s’est accompagnée de la création du FabLab à l’Université, et de l’aménagement d’une salle informatique en labo avec l’acquisition de beaucoup de matériel de prototypage : capteurs, cartes de prototypage arduino, mini-ordinateurs Raspberry PI, ... et aussi deux robots NAO [7]. NAO est un robot compagnon attachant, interactif et personnalisable [7]. C’est surtout un ordinateur avec de nombreux capteurs capable d’enregistrer, traiter et d’agir en fonction des données collectées et des situations identifiées.    

NAO illustre la philosophie qui nous a guidés dans la conception de notre nouvelle maquette, et la proposition du Master DFS pour Développeur Full Stack, c’est-à-dire donner la possibilité à nos étudiants de travailler sur tous les aspects d’une application moderne : les données (Data ou BigData) au travers de leur acquisition via des capteurs ou des algorithmes, les traitements, et leur mise en valeur grâce à des méthodes d’intelligence artificielle comme le machine learning. Nous ouvrons, avec cette nouvelle maquette, vers l’usage de l’intelligence artificielle. Un quatrième domaine de compétences est ainsi intégré : développement de services web, développement d’applications mobiles, IoT, et maintenant IA. 

Avec le positionnement aujourd’hui des données comme maillon central des processus de développement (Mettre les data au cœur de la politique économique [8, 9]), nos étudiants ont toutes les cartes en mains pour acquérir et traiter ces données et surtout imaginer, créer et développer de nouveaux services.

Cette définition correspond assez bien à la notion un peu détournée il est vrai du « développeur full stack » que nous avons choisi comme nom pour notre nouveau Master. Un développeur full stack est un professionnel capable de maîtriser toute la chaîne de développement d’une application. Elle est détournée car normalement, et ce sera également le cas pour nos étudiants, un développeur full stack maîtrise plutôt la chaîne de développement d’une application web voire mobile, c’est-à-dire : le développement dit back-end via l’usage et la maîtrise de technologies serveur (PHP, JEE, .NET, NODEJS, REST, etc.), le développement dit front-end qui est le côté client, interface et vision ou usage de l’utilisateur (HTML, CSS, JS, UX, etc.). Finalement, nos étudiants seront un peu des « couteaux suisses », capables de s’adapter aux défis proposés par les entreprises et par l’évolution de la technologie (L'avenir du développeur web est-il mis en péril par l'intelligence artificielle ? [10]). Cette polyvalence est importante pour s’insérer dans un marché local très hétérogène en terme de besoins et de technologies utilisées.

    

 

[1] Du web 1.0 au web 4.0 https://c-marketing.eu/du-web-1-0-au-web-4-0/ consulté le 28 mars 2018

[2] L’évolution d’internet de 1990 à 2020 http://www.w3b.fr/blog/evolution-d-internet-1990-2020.htm consulté le 28 mars 2018

[3] Métiers du numérique : usines à codeur vs écoles d'ingénieurs par la rédaction de LMI https://www.lemondeinformatique.fr/les-dossiers/sommaire-lire-metiers-du-numerique-usines-a-codeur-vs-ecoles-d-ingenieurs-182.html consulté le 28 mars 2018

[4] Le marché de l'emploi informatique toujours dynamique par

Sophy Caulier http://www.lemagit.fr/actualites/450426716/Le-marche-de-lemploi-informatique-toujours-dynamique consulté le 28 mars 2018

[5] Internet des objets - Définition https://www.futura-sciences.com/tech/definitions/internet-internet-objets-15158/ consulté le 28 mars 2018

[6] L'Internet des objets - construire des machines intelligentes https://www.salesforce.com/fr/learning-centre/tech/internet-of-things/ consulté le 28 mars 2018

[7] Qui est NAO ? https://www.ald.softbankrobotics.com/fr/robots/nao consulté le 28 mars 2018

[8] Les 6 éléments à retenir du rapport de Cédric Villani sur l'intelligence artificielle Par Arnaud Devillard et Erwan Lecomte https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/intelligence-artificielle/ce-qu-il-y-a-dans-le-rapport-du-depute-cedric-villani-sur-l-intelligence-artificielle_122549 consulté le 29 mars 2018

[9] Donner un sens à l'intelligence artificielle par Cédric Villani https://www.aiforhumanity.fr/pdfs/9782111457089_Rapport_Villani_accessible.pdf consulté le 29 mars 2018

[10] Développeur web, un métier tendance en voie de disparition par  Quentin Périnel Journaliste Figaro http://www.lefigaro.fr/entrepreneur/2017/10/25/09007-20171025ARTFIG00255-developpeur-web-un-metier-tendance-en-voie-de-disparition.php consulté le 29 mars 2018  

 

[1] Ouverture du DESS NTIC ISI en 2002

Page mise à jour le 09/01/2019 par ROCCHI PHILIPPE